La rivière Dordogne

La rivière DordogneLa Dordogne, fleuve qui a donné son nom au département, s’échappe du Mont Dore au Puy de Sancy (Massif Central) pour former avec les eaux de la Garonne au Bec d’Ambes, soit 472 Km en aval, l’estuaire de la Gironde, et se jeter dans l’Atlantique.
La rivière Dordogne est à la fois unique et multiple, lien fort entre des paysages d’une étonnante variété. Entre gorges sauvages et boisées de Xaintrie et falaises calcaires émaillant le Causse de châteaux et de villages, un seul point commun : la Vallée de la Dordogne !
Et les activités sont à l’unisson des paysages, multiples … et uniques. Canoë, stand-up paddle, pêche, baignade, promenade en gabarre. 
La Dordogne,  le paradis des pêcheurs Pecheur
Autrefois généreuse en saumons comme l’attestent des vestiges rupestres ou des écrits, la Dordogne est encore très poissonneuse avec notamment la perche, le brochet, la carpe, la tanche. La Vallée de la Dordogne est une des destinations pêche les plus prisées d’Europe.

Gabare

Gabares et gabariers
Pendant trois siècles, la Dordogne fut “le chemin marchand” sur lequel circulaient les bateaux à fond plat ou gabares, depuis la Haute Dordogne jusqu’à Libourne. Ceux-ci étaient remontés, tirés par des bœufs

 

canoë

Canoë sur la Dordogne
La descente de la rivière est un incontournable de vos vacances. Le canoë est une activité de plein air pour découvrir le Périgord autrement

 

 

 

Un Coulobre sur la Dordogne
De tout temps, les gens de la Dordogne ont vécu avec des croyances et des superstitions pour combattre leur peur d’affronter cette rivière dont on disait que sa vitesse lorsqu’elle était marchande, était celle d’un cheval au grand galop.
Passé le Pas du Raysse, après Souillac, la rivière  se faisait plus calme jusqu’aux fameux rapides de la Gratusse à la hauteur de Lalinde.
Un dragon ” Le Coulobre” — il s’agissait d’un reptile monstrueux ailé qui pouvait aussi bien vivre sur terre, sur l’eau et voler — habitait une caverne près de Lalinde sur la falaise de Couze : on disait que la bête était si grande que lorsque sa tête buvait l’eau de la Dordogne sa queue était en haut de la falaise. Elle inspirait une grande frayeur. L’on disait qu’elle enlevait les habitants, les bateliers, elle les emportait dans sa tanière pour les dévorer.
Une délégation de villageois se rendit auprès de l’ évêque de Périgueux saint Front, lequel vint à Lalinde, se rendit sur la falaise où se tenait le dragon, il monta dans sa grotte et dès qu’il le vit lui fit le signe de la croix lui ordonnant de s’en retourner dans l’océan d’où il venait. Le dragon prit peur et se précipita dans la Dordogne et disparut.
En reconnaissance, les villageois ont bâti une chapelle sur la falaise qui surplombe la rivière, côté rive gauche, elle est dédiée à Saint-Front.
À noter que l’on trouve la présence d’un dragon volant sur les armoiries de la ville de Bergerac.

Show Buttons
Hide Buttons